Mal de l’altitude

Dernière mise à jour : - Auteurs : Mieke Croughs, Ula Maniewski-Kelner

Un habitant des plaines a besoin de temps pour s’adapter à la faible pression en oxygène en haute altitude. Les premiers jours en altitude, la respiration est plus profonde. Il en résulte une amélioration de l’afflux en oxygène vers les organes, mais aussi un essoufflement en cas d’effort. Si vous montez trop vite, le temps d’acclimatation est insuffisant et en quelques heures, vous souffrez d’un mal de l’altitude pouvant durer jusqu’à deux jours.

La sensibilité au mal de l’altitude est déterminée individuellement et est indépendante de la condition. Les jeunes sont généralement plus sensibles au mal de l’altitude que les personnes plus âgées.

Un mal de l’altitude léger se guérit généralement en quelques jours, à condition de ne pas monter plus haut. Un mal de l’altitude sévère, avec œdème cérébral ou pulmonaire, peut par contre être rapidement mortel.

Les symptômes du mal de l’altitude léger sont: 

Des maux de tête, et un ou plusieurs des symptômes suivants:

  • Nausées ou vomissements
  • Faiblesse ou fatigue anormale
  • Vertiges

Les symptômes du mal de l’altitude sévère sont :

  • Maux de tête très sévères, qui ne réagissent plus aux analgésiques.
  • Augmentation des vomissements.
  • Troubles de l’équilibre (incapacité de marcher sur une ligne droite).
  • Changements de comportement.
  • Confusion ou désorientation.
  • Augmentation de la toux.
  • Essoufflement qui ne passe pas malgré le repos.
  • Oppression au niveau de la poitrine (incapacité de se coucher).

Zones à risque

Les personnes sensibles peuvent déjà souffrir du mal de l’altitude à 2.000 mètres, mais des symptômes graves surviennent surtout la nuit à plus de 3.000 mètres.

Prévention

Problèmes de santé

Si vous avez des problèmes de santé, parlez-en d’abord avec votre médecin pour savoir s’il est indiqué d’aller en altitude.

Montée

Ne montez pas trop vite : 

  • Dans un premier temps, séjournez au moins deux nuits à une altitude modérée (2.000 à 2.500 mètres). 
  • Au-delà de 3.000 mètres, ne dormez jamais plus de 500 mètres plus haut que la nuit précédente ou dormez deux nuits à la même altitude si vous ne pouvez pas faire autrement.

Adaptez votre comportement

Ne consommez pas de somnifères ou d’alcool pendant les premiers jours en altitude.

Ne faites pas de gros efforts les premiers jours en altitude.

Buvez suffisamment pour éviter la déshydratation. L’urine doit rester légèrement colorée.

Acclimatation

Pour favoriser l’acclimatation, vous pouvez : 

  • Dans les semaines précédant le départ, dormir quelques nuits à une altitude modérée (2.000 à 3.000 mètres). 
  • Peu avant le départ, dormir au moins sept nuits consécutives dans une tente hypoxique. 
  • Pendant la journée, éventuellement monter plus haut (« climb high, sleep low »). Ne le faites cependant pas si vous souffrez déjà du mal de l’altitude. 

Saturation artérielle en oxygène

La mesure de la saturation artérielle en oxygène (SpO2) n’a qu’une utilité très limitée. Il est plus utile d’agir rapidement et adéquatement lors des premiers symptômes du mal de l’altitude.

Acétazolamide - au-delà de 3.000 mètres

Emportez de l’acétazolamide (Diamox®) avec vous si vous devez séjourner au-delà de 3.000 mètres. 

L’acétazolamide favorise l’acclimatation. 

Il peut être pris pour prévenir ou traiter le mal de l’altitude.  

Utilisation préventive de l’acétazolamide

Si vous n’avez pas assez de temps pour vous acclimater ou si vous avez déjà eu le mal de l’altitude à une altitude similaire, vous pouvez prendre de l’acétazolamide préventivement : 

  • Prenez un demi-comprimé de 250 mg deux fois par jour (tôt le matin et, par exemple, vers 16 heures afin de réduire l’effet diurétique pendant la nuit). 
  • Commencez à le prendre le jour avant d’arriver à 3.000 mètres ou plus, et continuez jusqu’à deux jours après avoir atteint l’altitude maximale. Si vous descendez plus tôt, vous pouvez arrêter. 
  • Les fourmillements et les troubles du goût sont des effets secondaires fréquents mais bénins. Ils disparaissent lorsque vous arrêtez de le prendre. L’acétazolamide étant un diurétique léger, vous remarquerez peut-être que vous urinez plus ou plus souvent. 

Autres conseils

Voir aussi les conseils généraux pour un séjour en haute altitude.

En cas de symptômes

En cas de symptômes légers  

  • Ne montez pas plus haut jusqu’à ce que les symptômes aient disparu, ou descendez de 500 mètres pour la nuit. Descendez encore si les symptômes ne s’améliorent pas.
  • Restez au calme pendant quelques jours.
  • Buvez suffisamment, l’urine doit rester claire.
  • Prenez de l’acétazolamide (Diamox®), un comprimé de 250 mg toutes les douze heures pendant trois jours pour favoriser l’acclimatation, surtout si vous voulez ensuite monter encore plus haut. Si vous redescendez, vous pouvez arrêter de le prendre. Si vous avez de nouveau des symptômes, par exemple si vous continuez à monter, vous pouvez en reprendre.
  • Prenez éventuellement un analgésique (1 g de paracétamol ou 600 mg d’ibuprofène) ou un anti-vomitif (métoclopramide ou dompéridone). Ceux-ci peuvent réduire les symptômes, mais ne permettent pas une meilleure acclimatation.
  • Un demi-comprimé d’acétazolamide (125 mg) le soir est également efficace contre les troubles du sommeil. 

En cas de symptômes graves (voir ci-dessus) 

Descendez immédiatement à 2.500 mètres ou plus bas. Cela peut vous sauver la vie! Consultez un médecin dès que possible. Appelez votre assurance assistance voyage pour obtenir des conseils à propos d’établissements médicaux fiables.

En attendant une assistance médicale et si disponible, vous pouvez commencer par:

  • De l’oxygène ou un sac à pression hyperbare.
  • De l’acétazolamide (Diamox®) : un comprimé de 250 mg toutes les douze heures.
  • De la dexaméthasone : 8 mg comme dose de départ, puis 4 mg toutes les six heures (ou 32 mg en une fois).
  • En cas de symptômes indiquant un œdème pulmonaire (essoufflement, oppression et augmentation de la toux): Tadalafil 20 mg en une fois ou 10 mg deux fois par jour (ce médicament n'est pas enregistré pour le mal de l'altitude).

Pas de réseau? Pas de problème!

Téléchargez notre application gratuite et accédez à toutes vos informations de voyage hors ligne.

Download Wanda app on Google Play Download Wanda app on App Store
Download Wanda app on Google Play Download Wanda app on App Store
Retour en haut
×

      This website requires cookies. Please accept or refuse these cookies first.
      For more info about our cookies, please read our cookies policy.